De l’organisation matricielle à l’écotone

2 décembre 2019 | Définitions

Au cours de nos rencontres avec les Dirigeants, nous entendons de nouveau parler de « silo » et de la nécessité de casser ce « fonctionnement en silo ». C’est étrange, ce sont ces mêmes organisations qui, dans les années 90, mettaient en place des organisations matricielles pour justement casser les isolements.

En février 2011, Luc Vigneron, alors PDG de Thales, déclarait à l’Usine Nouvelle avoir mis en place une organisation matricielle car « l’organisation d’avant était en silos, avec des baronnies qui ne se parlaient pas entre elles ».

La méthode : on croise les fonctions de l’entreprise (commerce, service, production…) avec les divisions (des entités légales, des produits, …) et on lie ces deux entrées avec des projets transversaux. Cette organisation permet de décentraliser le pouvoir vers les filiales, de rapprocher les décisions du client, de gagner en réactivité. Que du bon ! Certes, les Collaborateurs ont appris à reporter à deux responsables, l’un hiérarchique, l’autre fonctionnel. Certes, depuis, nous rencontrons des organisations matricielles folles à quatre, cinq dimensions ! Mais quand la matrice est raisonnablement conçue, ça marche.

Alors pourquoi entendons-nous parler de plus en plus de silos aujourd’hui ?

Luc Vigneron d’ajouter « Nous avons favorisé les échanges d’expertise et de technologie entre les grandes branches afin d’éviter que la division Sécurité ne redéveloppe une technologie déjà mise au point par la division Avionique… et vice-versa ».

Vu sous cet angle, ça paraît évident de communiquer pour ne pas réinventer la roue. Dans la réalité des entreprises, on se cantonne souvent à l’affichage d’informations sur des sites partagés donnant l’impression d’avoir communiqué. Et ce ne sont pas les supports qui manquent : la newsletter, l’intranet, SharePoint, et autres réseaux…

Un faire-part suffirait « le service innovation vous annonce la naissance de son petit dernier, il mesure 52 cm, pèse 3,450 kg et se porte comme un charme… les parents sont comblés ! ».

Informer n’est pas communiquer !

On informe, on singularise, on fait du top-down, mais cette façon de gérer ne correspond plus aux dynamiques d’entreprise actuelles.

Pour que la matrice fonctionne, il faut que le Manager se mette au service de l’équipe matricielle et lui laisse le soin de gérer les flux de communication avec le reste de l’organisation. Le projet est le cœur du dispositif matriciel duquel doivent partir et revenir les informations. Générer des boucles courtes d’échange permet des ajustements constants au service des besoins du client.

Travailler transversalement, (re)découvrir la coopération, le travailler ensemble, voici un défi organisationnel dont peuvent s’emparer les Dirigeants en sachant lâcher le « command & control » au profit d’un cadre responsabilisant et bienveillant.

Apprenez à repérer où sont vos écotones et observez-les. Ce sont ces zones de transition entre deux milieux qui abritent des espèces et des communautés de ces deux milieux, mais aussi des communautés qui leur sont propres. Ce sont donc des espaces d’échanges riches, générateurs d’énergie créatrice.